Une ville millénaire

Histoire de la commune des origines à nos jours.

Page en cours de construction

 

L’activité de pêche a été pratiquée sur le lac de Grand lieu depuis des millénaires et les fouilles archéologiques locales ont révélé les traces d’une implantation humaine très ancienne sur le territoire de la commune.

abbatiale

L’abbatiale entre photographie d’aujourd’hui et carte postale ancienne, réalisation Cybercentre

Le don de la « villa de Déas », domaine agricole d’origine gallo-romaine,  au moine Filibert en 675 par l’évêque de Poitiers pour le développement de sa communauté, nous laisse l’une des première trace écrite révélant l’occupation de la localité. Le véritable développement du site est lié par la suite à l’implantation des moines de Filibert, en 834, arrivés ici avec leurs serfs et colons de Noirmoutier et se groupant autour de l’abbaye de Déas.

Rattachée alors au Poitou puis à l’Aquitaine par le Comté d’Herbauges, et ensuite à la Bretagne, la ville de Déas prend le nom de Saint Philbert de Grand Lieu en 1159. Elle passe ensuite dans la zone d’influence des seigneurs barons de Retz puis après les guerres de religion, qui la traversent en 1580, à la famille des Ducs de Gondi jusqu’au 18e siècle. A partir de cette date plusieurs familles puissantes et diverses abbayes se partageront son territoire et pendant des siècles son activité sera centrée sur la culture de la vigne.

Dans cette paisible commune alors essentiellement rurale, 1793 donnera pourtant naissance au tout premier soulèvement populaire des Guerres de Vendée. La répression sera terrible dans toute la région, effectuée par les  « colonnes infernales » détruisant vignes et maisons.

gare

Ancienne gare entre photographie d’aujourd’hui et carte postale ancienne, réalisation Cybercentre

C’est au 19e siècle que la commune, devenue chef-lieu de canton, connaîtra véritablement un essor démographique et un développement lié d’abord à son port puis à l’arrivée du chemin de fer. La communauté des Sœurs de Saint François d’Assise initiée par une enfant du pays, Jeanne Bernard (sœur Marie Thérèse), y prendra naissance pour se développer ensuite dans plusieurs pays d’Europe et d’Afrique.

Devenue un important Centre de Réquisitions en 1914, la commune regroupera alors les productions de tout le canton ainsi que celui de Machecoul et de Legé.154 Poilus philibertins seront victimes de la Grande Guerre.

Occupée pendant la guerre de 39/45, sa situation lui permettra d’échapper aux bombardements de Nantes et de son aérodrome pourtant proches.

Intégré désormais dans la zone d’influence économique de la métropole nantaise, Saint Philbert de Grand Lieu offre aujourd’hui une diversité d’activités professionnelles. Son cadre résidentiel, entre mer et campagne, offre à ses habitants un site apprécié pour sa qualité de vie.

rue-hotel-ville

Rue de l’Hôtel de Ville, réalisation Cybercentre