Exposition : Au pays des Mandeville

Parcours dans une œuvre artistique aux thèmes universels, à travers différentes techniques : pastels, aquarelles, meubles peints, peintures sur verre, lithographies... Cette exposition, accessible à tous, offre la chance de découvrir l'univers d'Anne et Astrid Mandeville. Fermé le lundi.

Du 25 juin au 25 septembre 2016

// /

Lieu : site de l'Abbatiale, Déas

Contact :Ville de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu

Téléphone :02 40 78 73 88


Biographie artistique d’Anne Mandeville

Née en 1915 à Frossay, village de l’estuaire de la Loire, Anne Mandeville étudie les Beaux-Arts à Nantes, parallèlement à des études d’infirmière auprès de la Croix-Rouge.

Elle passe la guerre à Paris, au service du Secours National, puis s’installe en 1947 à Paimbœuf. Elle y exerce avec son mari le métier de photographe.

Depuis les Beaux-Arts, Anne Mandeville n’a jamais cessé de peindre. Elle aime à citer cette phrase du peintre Paul Deltombe, son maître aux Beaux-Arts : «  Peintre, vous serez ce que la vie vous fera. »

Au début des années soixante, Anne Mandeville trouve sa première manière picturale. Le sens du merveilleux et de la poésie du quotidien, un certain surréalisme caractérisent son œuvre, de même qu’une technique sûre et raffinée. On évoquera à son propos les primitifs flamands.

Cette première partie de son œuvre est la plus connue. On a pu la découvrir lors de nombreuses manifestations et elle a bénéficié d’une importante couverture médiatique.

En exclusivité ou en groupe, elle a participé à d’importantes manifestations artistiques en France : Bayonne, Brest, Cannes, La Rochelle, Laval, Menton, Nantes, Nice, Paris, etc … et à l’étranger : Brésil, Grande-Bretagne, Italie, Japon, Suisse, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, etc …

Elle a été exposée dans les Salons parisiens des Artistes français, d’Art sacré, d’Automne, et Comparaisons… Elle a fait l’objet d’une Rétrospective au Musée de Laval, au Palais des Arts et de la Culture de Brest ainsi qu’à Lorient et pris place dans de nombreuses collections privées en France, en Grande-Bretagne, en Hollande, en Grèce et en Yougoslavie, ainsi que dans les Musées de Laval, de Nantes et de Sao Paulo.

De nombreuses revues ont publié des articles sur cette œuvre et la télévision a consacré plusieurs reportages sur ses différentes chaînes comme Antenne 2, 15 minutes avec Jean-Marie Drot dans sa série d’émissions « Peintres enchanteurs de France et d’ailleurs ».

Dans les années quatre-vingts, sa fille l’accompagne dans ses recherches. Ensemble et pendant plusieurs années elles vont partager leur plaisir de peindre dans des cours pour adulte et enseigner ainsi diverses techniques qui leurs sont familières comme la peinture sur verre, les meubles peints le papier maché, en complément des apprentissages traditionnels : peinture à l’huile, aquarelle, pastel.

C’est à la même époque qu’Anne Mandeville découvre au Pasquiaud, grande demeure des bords de Loire, située à Corsept, commune voisine de Paimbœuf, trois peintures murales représentant de grands bouquets, où elle reconnaît immédiatement la main d’un grand maître. Astrid Mandeville entreprend les recherches qui révèleront que Camille Corot a séjourné dans cette maison. Grâce à ses démarches, les Corot de Corsept seront expertisés, authentifiés et protégés.

L’année 1985 marque un tournant. Abandonnant les formats moyens, Anne Mandeville, désormais assistée d’Astrid, entreprend une série de panneaux de 2 m 60 par 2 m 20, consacrée à La belle aventure de Jehan de Mandeville, un homonyme du XIVème siècle, qui a laissé le récit de voyages mi-réels, mi-fantastiques. Les panneaux s’accompagnent de personnages en papier mâché, finement modelés et habillés, qui les prolongent dans l’espace concret. L’ensemble est présenté dans une mise en scène impliquant musique, textes lus et jeux de lumières sur les peintures. Les deux artistes emploient le terme de fresque pour désigner ce dispositif complet.

Un dispositif analogue est à nouveau employé en 1987 pour une création encore plus ambitieuse en format 2 m 80 par 2 m 30,  Un peuple en marche, série de quinze panneaux à sujets bibliques.  Un aperçu sera présenté dans le cloître de la maison diocésaine de vannes du 20 mai 2016 à fin février 2017.

Le passage au grand format s’accompagne d’une forte évolution stylistique. Le dessin se fait plus libre, la touche plus hardie, le mouvement et la composition plus vigoureux.

Après l’aventure que furent ces deux fresques, Anne et Astrid Mandeville entreprennent ensemble, à partir de 1989, la création de personnages, hauts de 60 à 80 cm, aux têtes et aux mains de faïence émaillée, aux corps somptueusement habillés.

Ensuite et jusqu’à sa disparition, survenue le 23 juillet 2011, dans sa 96ème année, Anne Mandeville peint plusieurs séries de tableaux, reprenant des thèmes qui lui sont chers tout en les renouvelant, les arbres, les fleurs, les oiseaux, Adam et Eve, les fêtes, etc. Cette dernière période témoigne, par la puissance dans l’expression et par la liberté, de la maturité d’un peintre qui va à l’essentiel.

C’est donc une œuvre d’importance riche par la diversité des thèmes et des techniques, l’œuvre de toute une vie dont il s’agit.

Cette exposition permet d’en avoir un aperçu et ainsi de se promener « Au pays des Mandeville »

 L’ŒUVRE

L’œuvre,  d’Anne Mandeville a été exposée en France comme à l’étranger, Europe, Asie, Amérique. Elle est présente dans les collections des musées des Beaux-Arts de Nantes, Laval et Sao Paulo.

Elle a reçu une large couverture médiatique, articles dans des revues, émissions de télévision.

Du mardi au dimanche : 10h30-12h30 et 15h-18h30

Photos

Les deux commèresArrivée du France à New-York

Localisation